“L’aventure de Jacques avec les chansons de Brel”

Le vendredi 23 juillet, nous avons assisté à l’Argentière la Bessée, lors de la première soirée du festival, à la représentation donnée par le trio « L’échappée Brel ». Comme son nom l’indique, le spectacle proposé ce soir-là était tout entier dédié au plus célèbre des chanteurs belges, mais il ne s’agissait pas d’un récital ordinaire.

Jonatan Saissi, qui a conçu, écrit et imaginé le spectacle, a eu l’idée de raconter une histoire, à partir des chansons du grand Jacques, qui n’est pas l’histoire de SA vie, mais qui aurait pu l’être : ce n’est pas un vrai récit ; c’est un récit vraisemblable. Et c’est là toute la différence car Jonatan Saissi a pu ainsi donner libre cours à son imagination, à partir des titres qu’il apprécie particulièrement.

Le spectacle commence (et s’achève) à Amsterdam, dans le port, bien évidemment. Un homme arrive avec son baluchon. Un guitariste lui parle et lui demande d’où il vient ; de Belgique, bien sûr ! Et le guitariste, de lui demander : « La Belgique, c’est comment ? ». Jonatan-Jacques lui répond alors : « je vais vous emprunter une guitare ». Et c’est parti pour « le plat pays », qui sera suivi par toute une série d’autres titres.

JONATAN SAISSI , L’Argentière La Bessée, 2021, crédit photo Sebastien CHOLIER

Pour relier les chansons entre elles, Jonatan a inventé une histoire qui met en scène des personnages que l’on connaît déjà : des femmes surtout : « Mathilde », « Margot », « Madeleine », Frida la blonde  qui apparaît dans « ces gens-là », qui a fui et que Jacques n’a pas suivi car « on s’évade difficilement d’une prison aux portes ouvertes ».  Ce qui frappe, dès le début, c’est que Jonatan Saissi ne cherche pas à singer la voix de Brel, mais par contre, il fait beaucoup penser à lui au niveau de la gestuelle. Il a un visage très expressif, vit ses chansons à 100 % — tout comme le grand Jacques, et donne des frissons à son public.

Il est plus que temps, à présent de faire un « travelling arrière » et de parler des musiciens qui accompagnent Jonatan, car il n’est pas seul sur scène, loin de là ; et ses acolytes sont aussi talentueux que lui.

L’ECHAPEE BREL , L’Argentière La Bessée, 2021, crédit photo Sebastien CHOLIER

Christian Laborde, à la guitare, l’accompagne, tout en douceur. Son interprétation sur « Ces gens-là » est pleine de finesse et très minimaliste : il alterne les accords de façon régulière, et en même temps, tape sur son instrument, pour marquer le rythme. L’effet est saisissant : on a l’impression que les coups tapés que la guitare symbolisent le poids de la fatalité et de la destinée, thèmes essentiels de la chanson. Au piano, à l’accordéon et à l’accordina — qui est (pour ceux qui l’ignorent) un clavier droit d’accordéon, dont le soufflet a été remplacé par le souffle de l’instrumentiste –, Fabienne Balancié fait des miracles et complète parfaitement le trio. L’accordéon joyeux et sautillant sur « Bruxelles », l’accordina nostalgique sur « Les Vieux » : tous les sentiments sont balayés.  L’entente et l’harmonie entre les musiciens est manifeste et se ressent d’un bout à l’autre du spectacle. Le public vibre, est souvent ému aux larmes  et ne voit pas passer le temps. Le spectacle se clôt par un double rappel : « La Quête » (issue du spectacle de Brel « L’Homme de la Mancha » et « Dans l’eau de la claire fontaine » de Brassens qui fera partie du prochain spectacle intitulé « Brassens, Brel et Ferré sur la même longueur d’onde » et consacré à l’enregistrement qui a eu lieu le jour de la fameuse photo prise par François-René Cristiani.

A la fin du concert, j’ai pu m’entretenir avec Jonatan à qui j’ai demandé pourquoi il avait décidé d’incorporer une FAUSSE histoire, avec des VRAIES chansons. Il  m’a répondu qu’il avait une formation de comédien, mais qu’il n’était pas chanteur, à la base. Il aimait Jacques Brel et était surtout attiré, chez lui, par son côté théâtral. Il a commencé à avoir l’idée d’un spectacle, mais il ne voulait pas singer son modèle ; il voulait surtout en garder l’état d’esprit. Pour cela, il a eu besoin de trouver un fil conducteur, de s’éloigner du tour de chant classique pour se rassurer. Et ce garde-fou a été l’ajout de cette histoire : « l’aventure de Jacques avec les chansons de Brel » comme on peut le lire sur le site du spectacle ! 

Pour aller plus loin

Site du spectacle : http://www.echappeebrel.fr/

Site de Jonatan Saissi: http://jonatansaissi.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *