Double hommage à Brassens sous le kiosque de Charavines

Swing manouche pour Michel Avallone

La soirée de vendredi 6 août a débuté par un tour de chant de Michel Avallone accompagné de Jean-Louis Charrat à la contrebasse.

Michel Avallone, Charavines 2021, crédit photo Sébastien CHOLIER
Michel Avallone, Charavines 2021, crédit photo Sébastien CHOLIER

Il a commencé à interpréter ses compositions agrémentées d’arrangements manouches, puis a chanté  plusieurs chansons de Brassens. Michel, avec sa voix chaude et grave, joue avec les sonorités des mots ;  il improvise de façon très « blues » sur ses propres titres et ses interprétations du poète sétois sont à la fois personnelles (mention spéciale à son « gorille » dans lequel il imite parfaitement la voix de la « vieille » et à sa version interactive de « la cane de Jeanne ») et fidèles. Il a une belle complicité avec son contrebassiste. Tous deux ont donné un bon coup d’envoi à la soirée, avant l’entrée en scène de Mardjane Chemirani et René Brion.

Mardjane Chémirani et René Brion : un moment d’émotion pure

Le spectacle de Mardjane et René a commencé par un discours de Chantal Goubert qui  a présenté les deux artistes : « deux talents unis au service de Tonton Georges ». Dès le début de son tour de chant, Mardjane nous séduit par sa belle voix grave et son visage expressif : non seulement elle chante, mais aussi elle mime les chansons de Brassens. Ce qu’a dit Chantal Goubert dans sa présentation prend alors tout son sens : Mardjane est une chanteuse, mais elle est aussi comédienne et ça se voit, ça se ressent, ça se savoure ! Telle une fabuliste, elle raconte une histoire. Elle fait des gestes avec ses mains, elle change de voix, ou de tempo. Par exemple, pour « l’orage », elle commence lentement, puis accélère le rythme en allant crescendo. Sur « la fessée », elle minaude (« avez-vous remarqué que j’avais un beau c… ? »). Lorsqu’elle interprète « Oncle Archibald », Mardjane mime parfaitement la mort, aguicheuse, qui parcourt les allées du cimetière à la recherche de sa proie. Sa diction est parfaite et met en relief, de façon nette et précise, les vers de Brassens. Le public est charmé, séduit, ému (jusqu’aux larmes, en ce qui me concerne).

Mardjane Chémirani, Charavines 2021, crédit photo Sébastien CHOLIER
René Brion, Charavines 2021, crédit photo Sébastien CHOLIER

C’est une injustice de n’avoir pas encore parlé, jusqu’à présent, de l’accompagnement au piano de René Brion. Ce que l’on note dès le début, c’est qu’il est parfaitement en phase avec Mardjane : il la regarde, se cale sur elle. Entre eux, il y a une vraie symbiose. Ses arrangements souvent « jazzy » mettent en relief la voix de sa partenaire. Il sait comme elle, jouer  sur le tempo, l’intensité : sur le titre « Philistins », l’accompagnement au piano est minimaliste, très léger au début de la chanson ; puis, au fur et à mesure, devient de plus en plus fourni pour finalement, revenir au tempo calme et lent du début.

Mardjane Chémirani, Charavines 2021, crédit photo Sébastien CHOLIER

René n’accompagne pas seulement Mardjane, il chante aussi sur certains titres. Sur « Saturne » par exemple, il interprète les premières phrases. Sur « Pauvre Martin », tous deux interprètent ensemble le refrain (Mardjane change de tonalité) et, -c’est un euphémisme-, leurs deux voix s’harmonisent parfaitement. En ce qui concerne, les solos de piano de René, ils sont très talentueux ; et les arrangements, très réussis. Mardjane précise, lors du concert, que c’est grâce à ses arrangements qu’elle a accepté de chanter à nouveau « les sabots d’Hélène », chanson qui l’avait un peu « lassée ».

Si l’on doit résumer ce tour de chant, on peut dire qu’il a été un moment d’émotion pure. Mardjane et René ont parfaitement réussi à séduire l’assistance. Leur spectacle s’intitule « Vous reprendrez bien un peu de Brassens ? ». Il est sûr et certain que le public de Charavines a répondu par l’affirmative à cette question. Bravo à eux ! 

2 commentaires sur “Double hommage à Brassens sous le kiosque de Charavines”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *