Les Croque-Notes: un duo agenais en terre alpine.

FRANCOIS DOBRENEL , Argentière la Bessée, 2021, crédit photo Sebastien CHOLIER

Le premier soir du festival « Autour de Brassens » de l’Argentière la Bessée, nous avons assisté au concert donné, en première partie de soirée, par le duo « les Croque-Notes ». Ce duo, formé par François Dobrenel et Grégory Bitard, avait fait un long périple pour gagner les Hautes-Alpes, puisqu’il vient d’Agen ; et cela s’entend tout de suite dans leur accent chantant du sud ouest !

Le nom du duo provient de la chanson « La Princesse et le Croque-Note » qui inaugure d’ailleurs leur tour de chant. D’abord, c’est Grégory qui commence à chanter, puis François le rejoint. Ils utiliseront ensuite toutes les configurations possibles : une voix / deux voix / une guitare / deux guitares. Leurs voix sont différentes et se complètent très bien : celle de Greg est chaude et grave ; celle de François, plus aigüe, parfois forte, parfois chuchotée : il joue de ces variations en fonction de la chanson qu’il interprète.

Les deux acolytes vont donc nous proposer une balade (avec un « L » car là, il s’agit d’une promenade ; )) dans quelques chansons de Brassens qu’’ils ont « arrangées » à leur façon ; François préfère dire, d’ailleurs « dérangées » car les arrangements sont surprenants et inattendus, et finalement revisitent de façon dynamique certaines chansons : « L’Auvergnat » est plus rythmé que l’original, « la Ballade des dames du temps jadis » (avec deux « L » car cette fois, il s’agit d’un petit poème chanté : oui oui, j’ai vérifié !) voit un changement de rythme intéressant : une alternance de passages instrumentaux et chantés. Par ailleurs, les accords de guitare du début font penser à certaines chansons de Cabrel, comme « Sarbacane ».

Le tour de chant des « Croque-Notes » est complet : « Saturne », « la balade des cimetières », « le Père Noël et la Petite fille », « Mourir pour des idées ». Le public est conquis et chante avec le duo des refrains qu’il connaît par cœur. Greg et François prennent du plaisir à jouer ensemble. Chaque guitare a son rôle : celle de François s’ « occupe » de la rythmique » et des accords, tandis que celle de Greg est plus axée sur l’’ornementation et la mélodie. A la fin du concert, ils concluent leur récital par « Les copains d’abord », LA chanson de l’amitié et du bonheur d’être ensemble. C’est exactement ce que le public a ressenti ce soir-là ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *